Policier - Thriller

Published on février 15th, 2014 | by Exterminator

0

Les Féroces de Romolo Guerrieri 1976

Avec : 

  • Eleonora Giorgi : Lea
  • Tomas Milian : Le Commissaire
  • Stefano Patrizi : Mario Farra/Blondie
  • Benjamin Lev : Giovanni Etrusco/Joe

Origine : Italie

Durée : 95 Min

Luigi, Mario et Giovanni sont trois jeunes Milanais qui ont décidé de jouer les durs. Se faisant appeler Luis, Blondie et Joe, ils se préparent à agresser un pompiste. Mais Léa, la fiancée de Luis, qui a peur pour lui, a prévenu la police. Celle-ci monte donc un guet-apens. Les pistolets de Joe et Blondie ne sont pas des jouets d’enfant comme l’avait dit Léa, et le trio s’enfuit en laissant quatre cadavres. La police commence aussitôt à rechercher les jeunes gens, après avoir questionné leurs parents, mais sans succès. (Source : toutleciné.com).

Aussi connu sous les titres «Racket Boys» et «Jeunes, Désespérés, Violents», ce «Liberi, Armati, Pericolosi» (titre original) connaitra un sortie tardive et discrète dans nos salles en 1985, bien après la disparition du polar à l’italienne.

Retour en 1976. En pleine vague du genre, Romolo Guerrieri (frère de Marino Girolami et oncle de Enzo G. Castellari) se voit offrir l’opportunité de mettre en image un scénario du grand Fernando Di Leo, basé sur l’oeuvre de Giorgio Scerbanenco. L’histoire de la cavale de trois jeunes délinquants extrêmement dangereux, poursuivis par un inspecteur de police pas forcément adepte des méthodes musclées et respectueux des règles, très éloigné des habituels flics aux allures de cow-boy.

On sort donc des fameux sentiers battus d’un genre, longtemps accusé de fascisme à cause d’une prétendue promotion de la justice expéditive. Guerrieri profite surtout de ce projet pour dresser le portrait d’une jeunesse issue des beaux quartiers, désœuvrée, en total manque de repères qui vole, viole et tue sans aucun état d’âme. Une jeunesse qui alimentera par la suite, les sinistres brigades rouges.

Même si la comparaison peut paraitre osée, on pense forcément à «Orange Mécanique» et ses droogies, la satire et le talent de Kubrick en moins. Car si Guerrieri emballe son film avec une certaine maitrise, il ne prend pas la peine d’approfondir son propos, se contentant d’enchainer les scènes de poursuites et de fusillades sans beaucoup d’originalité. Ajouté à cela de nombreuses invraisemblances (les malfrats ne rechargent jamais leurs armes…), un érotisme parfaitement gratuit et nous avons finalement là, un polar tout ce qu’il y a de classique. La seule véritable surprise est la prestation tout en discrétion et sobriété d’un Tomas Milian, loin de ses habituelles excentricités.

«Les Féroces» reste donc un polar agréable (pas vraiment de temps morts ici) mais loin d’être inoubliable, faute à un script paresseux.

Extrait

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Les Féroces de Romolo Guerrieri 1976 Exterminator

Les Féroces

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1