Action - Aventure

Published on février 14th, 2014 | by Exterminator

0

Le Commando de sa Majesté de Andrew V. McLaglen 1980

Avec : 

  • Gregory Peck : Col. Lewis Pugh
  • Roger Moore : Capt. Gavin Stewart
  • David Niven : Col. Bill Grice
  • Trevor Howard : Jack Cartwright

Origine : UK/USA/Suisse

Durée : 120 Min

Pendant la seconde guerre mondiale, dans le port de Goa un commando anglais doit détruire un navire allemand de transmissions. Mais il est en territoire neutre portugais, on fait donc appel à d’anciens militaires et agents de renseignement plutôt âgés, qui agiront en civil, dénommés du nom de leur club : les chevaux légers de Calcutta (Source : wikipedia).

Pur produit estampillé «Euan Lloyd», ce film symbolise la fin de la période faste du grand magnat du cinéma britannique de l’après guerre. Ce même Lloyd qui a produit en 1978, l’un des films de guerre les plus réussis de ces 40 dernières années, les fameuses «Oies Sauvages». L’histoire, rappelons-le, d’un commando de vieux mercenaires chargés de libérer un président déchu, emprisonné en plein coeur de l’Afrique.

Fort du succès de ce film mettant en scène Roger Moore et Richard Burton, Lloyd décide alors de réunir à nouveau les deux hommes autour d’une histoire quasi-similaire, celle d’un autre commando de soldats en semi-retraite ayant pour mission de détruire en Inde, un émetteur de l’armée allemande à la fin de la seconde guerre mondiale.

Une intrigue inspirée d’un fait réel, l’attaque par la Calcutta Light Horse, le 9 Mars 1943 d’un navire marchand allemand qui transmettait à partir du port neutre de Goa, les coordonnées confidentielles des bateaux britanniques aux sous-marins nazis dans le but de les couler.

Disponible avant le tournage de «Rien que pour vos Yeux», Roger Moore rempile avec plaisir. Par contre Burton lui, se désiste. Un temps envisagé, Charlton Heston ne fera pas non plus le film. Le choix se porte finalement sur Gregory Peck qui accepte à condition que David Niven participe lui aussi à l’aventure. Après de difficiles négociations (notamment salariales), le deal se fait et Lloyd peut enfin mettre en chantier sa nouvelle grosse production avec une nouvelle fois, le réalisateur Andrew V. McLagen aux commandes.

Résultat : Pas de surprise. Ce «Commando de sa Majesté» n’est finalement qu’un simple copié-collé des «Oies Sauvages» en beaucoup moins bien. La trame du scénario suit en effet à quelques détails près, le même chemin que celle de son prédécesseur mais cette fois-ci, de façon beaucoup plus laborieuse.

Le film reste (tout comme «Les Oies Sauvages» d’ailleurs) avare de toute réflexion sur le sens et les conséquences d’une telle mission et ne se contente que décrire de manière extrêmement poussive et conventionnelle l’organisation et le déroulement de cette attaque. Mais si le film précédent était sauvé par une forte caractérisation de ses personnages, un rythme soutenu et une tension omniprésente, conclu par un spectaculaire épilogue, c’est ici tout l’inverse. On s’ennuie rapidement à suivre les aventures fatiguées de ce groupe grossièrement dépeint (les seconds rôles sont ici savamment négligés), mises en scène sans aucune personnalité. Peu de tensions, peu de spectacle, le casting a lui aussi l’air de s’ennuyer. On a en effet, rarement senti Roger Moore, Gregory Peck et David Niven si peu concernés.

Véritablement, la fin d’une époque.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Le Commando de sa Majesté de Andrew V. McLaglen 1980 Exterminator

Le Commando de sa Majesté

Notre Avis

Summary:

2


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1