Policier - Thriller

Published on février 14th, 2014 | by Exterminator

0

L’Alpagueur de Philippe Labro 1976

Avec : 

  • Jean-Paul Belmondo : L’Alpagueur
  • Bruno Cremer : L’Epervier
  • Jean Negroni : Spitzer
  • Patrick Fierry : Costa Vasdez

Origine : France

Durée : 110 Min

Chasseur de primes des temps modernes, « l’Alpagueur » multiplie les missions dangereuses. Tour à tour, il démasque des gros « bonnets » de la prostitution et démantèle un réseau de trafic de drogue. « L’Epervier » est son adversaire le plus redoutable, tuant systématiquement ses complices après chaque hold-up. Valdes, seul survivant, apprend à l’Alpagueur que l’Epervier se cache sous l’identité d’un stewart. (Source : première.fr)

Après le succès critique et public de «l’Héritier», Philippe Labro ne cache pas son envie de travailler à nouveau avec Jean-Paul Belmondo. Depuis quelques temps, le romancier devenu cinéaste et son complice Jacques Lanzman travaillent déjà sur le scénario d’un polar noir sans même en parler à Belmondo. Jusqu’au jour où par un jeu de circonstances, l’acteur tombe sur cette histoire et décide immédiatement de la produire au sein de sa propre société, Cerito.

Le titre provisoire «Des Animaux dans la Jungle» illustre l’idée de Labro de décrire comme il dira lui-même, les hommes face aux hommes. Une longue et dangereuse traque où vont s’affronter un chasseur et sa proie.

Sous l’influence du cinéma américain et des polars de Melville (dont il est très proche), le cinéaste réalise un thriller d’action sombre et viril, bourré de références, absolument admirable. Il peint surtout avec force, le portrait d’un héros solitaire, d’un justicier marginal, le genre de personnage qui vampirisera par la suite, définitivement la carrière de notre Bebel national. Belmondo est bien sûr, parfaitement dans son élément dans ce rôle physique où il fait preuve de son habituelle décontraction.

Face à lui, il trouve en l’épervier, un adversaire à sa mesure. Un tueur froid et psychopathe incarné à merveille par un Bruno Cremer que l’on avait jamais vu aussi inquiétant.

Un duel d’hommes que Labro filme sur un ton grave et pessimiste à la manière de Melville, bien sûr et de Peckinpah dont il empreinte ici même quelques éléments de son «Guet-Apens». Le tout soutenu par la magnifique musique de Michel Colombier, l’une des meilleures bandes originales du cinéma français des années 70.

Malgré ses qualités indéniables, «L’Alpagueur» connaitra un succès mitigé. Si le film rassemblera tout de même près de 1,5M de spectateurs en salles, il sera considéré comme un demi-échec pour l’une des stars les plus populaires du cinéma français.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
L’Alpagueur de Philippe Labro 1976 Exterminator

L'Alpagueur

Notre Avis

Summary:

4


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1