Fantastique - SF

Published on février 15th, 2014 | by Exterminator

0

La Quatrième Dimension de J.Landis, S.Spielberg, J.Dante, G.Miller 1983

Avec : 

  • Dan Aykroyd : L’auto stoppeur/l’ambulancier
  • Vic Morrow : Bill Connor
  • Scatman Crothers : Mr Bloom
  • John Lithgow : John Valentine

Origine : USA

Durée : 101 Min

Quatre épisodes de La Quatrième dimension revisités par quatre grands cinéastes hollywoodiens…

1) Un californien raciste franchit la 4ème dimension et se retrouve notamment en France occupée, poursuivi par des nazis.

2) Dans un hospice de vieillards, un homme entraîne ses compagnons à la recherche de leur enfance.

3) Un jeune garçon exerce sur les siens un pouvoir terrifiant.

4) Mr Valentin fait d’atroces cauchemars quand il doit prendre l’avion. Il voit avec effroi un monstre sur l’aile de l’appareil. (Source : allociné, première).

C’est en 1982 que Steven Spielberg et John Landis décident de s’associer pour porter sur grand écran, cette célèbre série fantastique, véritable phénomène télévisuel de l’Amérique des années 60. L’idée première était de faire un long métrage basé sur une seule histoire mais, estimant que ce choix trahissait le concept même de la série, Spielberg et Landis en accord avec la Warner, décidèrent finalement de proposer une anthologie de quatre petites histoires reprises en partie de la série originale.

Quatre histoires, deux réalisateurs…. Joe Dante et George Miller sont alors appelés pour réaliser 2 de ces segments. Le premier est logiquement choisi par Spielberg (Dante est alors en pleine préparation de «Gremlins» produit par ce même Spielberg). Le choix de Miller se justifie lui grâce au succès de «Mad Max 2».

Côté écriture, la production fait appel au célèbre écrivain Richard Matheson, auteur de «Je suis une Légende» qui sera chargé de moderniser l’ensemble.

Si le tournage des segments de Spielberg, Dante et Miller se passeront sans encombre, celui de Landis connaitra une série d’évènements tragiques.

Le 23 Juillet 1982, l’acteur Vic Morrow et deux enfants acteurs de 7 et 6 ans trouveront en effet, la mort au cours d’une prise de vue.

Dans la scène, le personnage de Morrow se retrouve au coeur de la jungle en compagnie deux jeunes enfants vietnamiens quand un hélicoptère de l’armée américaine apparaît et commence à tirer sur eux. Morrow devait alors prendre les deux enfants pour échapper à ces tirs. Mais le pilote de l’hélicoptère volant trop bas, perd le contrôle de son appareil et s’écrase au sol en tuant les trois acteurs sur le coup.

A la suite de cet accident dramatique, le réalisateur John Landis fut poursuivi pour homicide par imprudence par les familles des victimes. On lui reprocha notamment une prise de risque excessive mais également d’avoir fait travailler deux enfants de manière illégale, contournant sciemment la législation californienne.

Après 10 ans de procédure, le réalisateur sera finalement acquitté après qu’un accord demeuré confidentiel ait été conclu.

Plombé par cette affaire sordide, le film ne connaitra pas le succès escompté. Il faut dire aussi que le résultat n’est pas véritablement à la hauteur de la promesse.

L’ensemble est en effet assez inégal.

Commençons donc par le segment de Landis qui pêche un peu par son manque de style et de profondeur. Si cette dénonciation du racisme reste sur le papier extrêmement intéressante, Landis ne fait que la survoler et ne la réduit qu’à une simple succession de situations pas vraiment surprenantes.

Vient ensuite l’épisode de Spielberg qui bien que techniquement irréprochable, regorge lui presque à l’excès, de bons sentiments dégoulinants, alourdi également par un scénario des plus légers.

Le plus réussi, on le doit à Joe Dante qui parvient ici à créer un univers cartoonesque à la fois bizarre et effrayant autour de cette histoire d’enfant aux pouvoirs surnaturels. On retrouve ici avec bonheur le ton acide de Dante qui profite une nouvelle fois ici pour déglinguer le modèle de vie de cette Amérique schizophrène.

Le film se conclut par le segment réalisé par George Miller. Une histoire sans grand intérêt  réalisée sans inspiration par le metteur en scène australien.

Dans l’ensemble, ce projet pourtant excitant, porté par 4 réalisateurs de renom, reste une relative déception qui confirme l’extraordinaire qualité de la série originale.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
La Quatrième Dimension de J.Landis, S.Spielberg, J.Dante, G.Miller 1983 Exterminator

La Quatrième Dimension

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1