Policier - Thriller

Published on février 12th, 2014 | by Exterminator

0

Gatti Rossi in un Labirinto di Vetro de Umberto Lenzi 1975

Avec : 

  • Martine Brochard : Paulette Stone
  • John Richardson : Mark Burton
  • Ines Pellegrini : Naiba Campbell
  • Andres Mejuto : Inspecteur Tudela

Origine : Italie/Espagne

Durée : 100 Min

Un groupe d’Américains en voyage à Barcelone se retrouve soudainement impliqué dans une série de meurtres brutaux dans laquelle un mystérieux meurtrier poignarde des jeunes femmes puis leur retire l’œil gauche. Les soupçons de la police se dirigent vers un certain Marc Burton, un publicitaire marié à une femme psychologiquement fragile et qui a une relation avec l’une des touristes du groupe. Mais alors que la série de meurtres se poursuit, l’enquête se complique et les suspects se multiplient.

Si Umberto Lenzi est surtout connu aujourd’hui pour ses films de cannibales bien gores et ses excellents poliziesci, le réalisateur italien aura tout de même réalisé une demi-douzaine de Gialli en pleine vague du genre, qui sans atteindre la puissance des œuvres de Bava ou Argento (à ses débuts), nous auront procuré quelques frissons par leur approche particulière.

Réalisé en 1975, « Gatti Rossi in un Labirinto di Vetro » clôture le cycle « Lenzien » dédié donc au Giallo avec une énigme classique à la sauce « whodunit », mais dans une approche encore une fois, éloignée des excès baroques des classiques du genre.

Telle une partie de « Cluedo », le scénario va donc multiplier les pistes et les indices autour d’un petit groupe de suspects plutôt anticonformistes voire dérangeants pour certains. On a ici, un couple de lesbiennes (osé pour l’époque), un père et sa fille aux rapports ambigus, un prêtre ne se séparant jamais d’une photo où il pose avec des jeunes filles ou un vieux couple sur la fin. Mais c’est surtout ce publicitaire dont la femme est psychologiquement très fragile et sa maitresse qui seront au centre de cette intrigue à tiroirs.

Si le scénario ne propose finalement que peu de surprises, on se prend rapidement et sans encombre à tenter de démasquer le meurtrier parmi ces nombreux suspects. Lenzi fait le job (techniquement le film est assez irréprochable) et assure un rythme soutenu tout au long de son long métrage.

Tout en gardant la plupart des codes du genre (arme blanche, meurtrier masqué (inspiré du film de Nicholas Roeg, « Ne vous Retournez Pas »), petite dose d’érotisme…), le cinéaste choisit ici de nous proposer un déroulement quasi intégralement en plein jour, profitant des superbes paysages de la ville de Barcelone.

Ce choix n’atténue en rien la tension omniprésente et l’impact des scènes de meurtres, toujours aussi graphiques chez le réalisateur italien.

Sans forcément faire partie du haut du panier, « Gatti Rossi in un Labirinto di Vetro » reste un giallo classique et sans risques mais tout à fait appréciable.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Gatti Rossi in un Labirinto di Vetro de Umberto Lenzi 1975 Exterminator

Gatti Rossi in un Labirinto di Vetro

Notre Avis

Summary:

3


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1