Action - Aventure

Published on février 13th, 2014 | by Exterminator

0

Die Hard 3 : Une Journée en Enfer de John McTiernan 1995

Avec : 

  • Bruce Willis : John McClane
  • Samuel L. Jackson : Zeus Carver
  • Jeremy Irons : Simon Gruber
  • Graham Greene : Joe Lambert

Origine : USA

Durée : 131 Min

New York, 1995. Un magasin est soufflé par l’explosion d’une bombe. L’attentat est revendiqué par un inconnu se faisant appeler Simon. Celui-ci exige que le lieutenant John McClane se livre à un périlleux «Jacques a dit» à travers toute la ville, à défaut de quoi d’autres bombes exploseront. Mais John McClane ne tarde pas à découvrir qu’il est en fait le jouet d’une vaste machination. (Source : wikipedia.fr).

Avant de devenir (à ce jour) la séquelle la plus réussie de la franchise, «Die Hard 3» aura connu une gestation des plus difficiles.

Retour en mars 1990. Pendant le tournage de «58 Minutes pour Vivre», le producteur de la saga Lawrence Gordon planche déja sur le troisième épisode des aventures de John McClane. Il tombe alors que un scénario de James Haggin intitulé Troubleshooter. L’histoire d’une prise d’otage sur un paquebot de croisière, parfaitement raccord avec les codes de la franchise.

Problème : Un script similaire est déjà en cours de développement du côté de la «New Regency». Ce script, c’est celui de «Piège en Haute Mer» qui sortira en 1992. Retour donc à la case départ.

Autre problème, Bruce Willis se brouille avec Gordon et refuse de signer pour une nouvelle séquelle. «Die Hard» sans McClane ? Impossible.

En pleine panique, La Fox prend la décision radicale d’écarter Lawrence Gordon au profit d’Andrew Vajna, producteur à succès de blockbusters tels que «Terminator II» ou «Total Recall».

Gordon sur la touche, Willis se montre à nouveau disponible malgré une grosse réticence à se voir coller définitivement l’étiquette de McClane sur le front . Vajna convainc également John McTiernan, réalisateur du premier opus de rempiler. Reste maintenant à trouver un scénario, qui plus est original tant les nombreux ersatz de «Die Hard» se sont depuis, multipliés sur les écrans («Passager 57», «Mort Subite», etc…).

Ce sera finalement le script de Jonathan Hensleigh intitulé Simon Says qui après avoir réintroduit les différents éléments de la série, sera conjointement choisi par McTiernan et Vajna. Willis donne enfin son feu vert définitif avec un gros chèque à la clef.

Si le tournage se passe sans encombre (hormis un conflit concernant la célèbre scène où Willis se trimballe avec une pancarte raciste), de nouveaux problèmes vont apparaitre en post production. La Fox juge d’abord le final trop rude. Une nouvelle fin est alors tournée en catastrophe quelques semaines après la fin des prises de vues. Ajouter à cela, la censure qui demande à «alléger» la violence du film. La production est alors obligée de retirer notamment de nombreux impacts de balles.

Mais malgré ces innombrables difficultés, cette «Journée en Enfer» reste aujourd’hui un magnifique tour de manège qui ne vous laisse aucun répit pendant presque deux heures. Explosions, courses poursuites, fusillades… Le spectateur en a une nouvelle fois pour son argent.

Mais la véritable réussite du film réside en sa capacité à nous resservir une recette qui a déjà fait ses preuves tout en l’agrémentant de nouveaux ingrédients. Fini le téléphone ou le talkie-walkie, le complice de McClane est cette fois bien présent à ses côtés. Fini également l’unité de lieu, c’est la ville tout entière de New-York qui sert de terrain à un jeu de course contre la montre diabolique couvrant le plus grand hold-up de l’histoire.

McTiernan se lâche complètement, enchainant à un rythme effréné (quel découpage !) les nombreuses et spectaculaires péripéties subies par notre duo de choc. Il parvient surtout à nous faire avaler sans peine les nombreuses invraisemblances et facilités scénaristiques qui se retrouvent noyées dans ce festival d’action, en évitant soigneusement de se prendre trop au sérieux.

Mention spéciale à Jeremy Irons qui incarne avec intelligence, l’un des méchants les plus intéressants du genre.

Une journée en enfer ? C’est plutôt deux heures de bonheur.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Die Hard 3 : Une Journée en Enfer de John McTiernan 1995 Exterminator

Die Hard 3 : Une Journée en Enfer

Notre Avis

Summary:

4.5


User Rating: 0 (0 votes)

Tags: , , ,


About the Author



Back to Top ↑

UA-48123034-1